article SO 2 janvier

Dans le journal Sud Ouest du 2 janvier 2020, il est question de la sauvegarde des terres agricoles dans l’Entre-deux-Mers. « Entre 2010 et 2015, l’Entre-deux-Mers a perdu 5114 hectares de foncier agricole (…) Equivalent de 730 terrains de football.  » L’augmentation de la population (+21%) a un impact pesant sur l’environnement.

Pour essayer de « limiter l’étalement urbain, et maintenir une production agricole diversifiée, les élus du Pôle territorial du Coeur Entre-deux-Mers ont décidé de se doter d’un Observatoire du foncier agricole (…) avec l’aide de la SAFER et de la Chambre d’Agriculture » L’objectif est de lutter contre l’artificialisation des terres.

C’est là un vaste projet. A Pompignac comme partout, les permis de construire vont bon train. Il y a maintenant 15 ans, le maire actuel dénonçait violemment les projets d’urbanisation de l’ancienne municipalité. Les termes étaient forts, les accusations brutales, impitoyables. Nous en avons un aperçu dans la « circulaire » n°3 du tract de l’association « Mieux vivre à Pompignac » alors dirigée par Denis Lopez qui n’avait pas de mots assez forts pour dénoncer la volonté de l’équipe en place de livrer les terrains de Pompignac à la construction:

mieux vivre n°3

« Les pressions immobilières et la menace d’urbanisation excessive qui pèserait sur la commune (…) sans concertation et sans frein (…) déstructuration du cadre de vie et énorme augmentation de la fiscalité locale pour satisfaire on ne sait quels caprices. (…)

L’association (Mieux vivre à Pompignac) indique son point de vue : un projet d’accroissement massif de l’urbanisation de Pompignac n’est pas souhaitable. Notre commune doit conserver son caractère rural. »

 Dans la circulaire n° 3, nous lisons : «  On s’apprête à faire construire 400 maisons et à détruire des vignes des champs et des bois sur des dizaines d’hectares(…) un changement de statut de la commune qui passé le cap des 3500 habitants perd son caractère rural pour devenir une petite ville »

Circulaire n° 4 : il s’agissait selon D. Lopez, de « permettre à quelques propriétaires de terrains agricoles de réaliser rapidement un capital en reclassant leur propriété en terrain constructible et de réaliser de juteuses opérations immobilières. Voilà comment on impose un projet secrètement à une population. »

Les raisons sont diverses selon nous, de l’abandon des exploitations agricoles, notamment à Pompignac. Certes l’urbanisation excessive est responsable, mais un facteur important est en cause: le nombre d’exploitants agricoles diminue, la terre argileuse sur notre commune est peu propice aux cultures fruits et légumes et le prix des terrains constructibles est plus séduisant que le prix du terrain agricole.

 


  • CONSEIL MUNICIPAL

    Un conseil municipal est prévu ce jeudi 25 février à 19 h Salle des fêtes (salle Maurice D…
  • ITINERAIRES DE PROMENADES

    La municipalité de Tresses est très active dans le domaine de l’environnement. Elle …
  • TOUT A L’ENVERS

    Une commission « boisement et reboisement » a été mise en place par …
Charger d'autres articles liés
  • CONSEIL MUNICIPAL

    Un conseil municipal est prévu ce jeudi 25 février à 19 h Salle des fêtes (salle Maurice D…
  • ITINERAIRES DE PROMENADES

    La municipalité de Tresses est très active dans le domaine de l’environnement. Elle …
  • TOUT A L’ENVERS

    Une commission « boisement et reboisement » a été mise en place par …
Charger d'autres écrits par pompignacsauvenvi
  • EN ROUTE POUR 2021

    Laissons derrière nous cette année 2020 interminable et si pénible. 2020 a été marqué par …
  • TRANSFORMATEUR A PRIMET

    Depuis quelques jours une information court à Pompignac au sujet d’un transformateur…
  • CONSEIL MUNICIPAL DU 28 SEPTEMBRE 2020

    CM du éç sept 2020 ordre du jour Le conseil municipal du 29 septembre s’est tenu à l…
Charger d'autres écrits dans actualité

Laisser un commentaire